JDR-Mania Découvrez le JDR & vivez des histoires passionnantes avec vos amis !
Découvrez le JDR & vivez des histoires passionnantes avec vos amis !

Warhammer JDR : un incontournable ?

Warhammer Jeu de Rôle

Pourquoi Warhammer Jeu de Rôle est un grand classique du JDR

Qu’on se le dise, concernant Warhammer JDR, je suis loin d’être objectif ! Aussi, mon avis n’est clairement pas impartial (et c’est d’ailleurs tout l’intérêt d’un avis, non ? 😉). Si vous souhaitez en savoir davantage sur ce Jeu de Rôle emblématique, ou que vous êtes simplement curieux d’avoir mon avis sur le sujet, vous êtes au bon endroit. Nous allons donc parler de Warhammer Jeu de Rôle.

Cet article est le premier de la catégorie « Focus sur un Jeu ». Chacun des articles de cette catégorie vise à décortiquer en détail un Jeu de Rôle bien spécifique : son univers, son système de jeu, ses produits, et bien sûr mon avis, accompagné de quelques conseils !

Le Vieux Monde de Warhammer

Warhammer JDR est un jeu médiéval-fantastique. Il prend place dans le Vieux Monde (et parfois au-delà), un univers qui ressemble à l’Europe telle qu’elle l’était à la fin du Moyen Âge et à son entrée dans la Renaissance.

L’univers de Warhammer est unique et extrêmement riche. Il puise ses inspirations dans de nombreuses sources, réelles ou imaginaires (Tolkien et Moorcock en tête). Bien que les humains soient l’espèce la plus présente, il y a également les autres races incontournables dans un univers fantastique : elfes, nains, halflings (l’équivalent des halfelins et des hobbits), orques, gobelins, démons, etc.

Dans Warhammer, la violence et la corruption sont partout. Malgré les remparts de civilisation que sont les grandes villes de l’Empire des hommes, le monde est sur le point de basculer à tout moment. Même la magie a une origine maléfique et cherche à pervertir ceux qui l’utilisent. 👀

La notion de Chaos est spécifique à Warhammer. Il s’agit d’une « énergie » corruptrice et malfaisante, issue de Dieux du Chaos, qui vise la destruction pure et simple de l’humanité et des races civilisées (un petit peu comme Sauron dans le Seigneur des Anneaux). Le Chaos prend aussi bien la forme de hordes vociférantes de guerriers sombres que de démons invoqués par des cultes de dégénérés.

Comme si cela ne suffisait pas, d’autres créatures rôdent dans les bois (hommes-bêtes, orques, trolls, et pire encore), et même dans les égouts des villes impériales (là où vivent les Skavens, les infâmes hommes-rats !).

Ainsi, avec son ambiance sombre et gothique, l’univers de Warhammer se distingue de son homologue Donjons & Dragons (le Jeu de Rôle iconique du médiéval-fantastique).

Dans le Jeu de Rôle Warhammer, vous ne commencez pas l’aventure en incarnant un grand héros de l’univers. Non. Vous démarrez bien souvent dans la boue : un ratier, un gueux, un sorcier de village ou un milicien/garde avec un peu de chance.

Bref, vous n’êtes rien ni personne. C’est à vous de faire votre place dans cet univers sombre et cruel, où la mort (ou pire !) vous guette en permanence.💀

 

War Hammer, le Marteau de guerre
« Si j’avais un marteaaau, je l’appellerai Ghal-Maraz » 🎵

👉 Le saviez-vous ? Le nom Warhammer vient du célèbre marteau de guerre (« war hammer » en anglais) porté par l’Empereur Karl Franz. Cette arme magique, nommée Ghal-Maraz, est le symbole de l’unité des hommes de l’Empire. Elle était autrefois détenue par Sigmar, leur divinité tutélaire.

De Warhammer Battle à WJDR

À l’origine, Warhammer JDR (abrégé WJDR) est un jeu de figurines très connu : Warhammer Fantasy Battle (ou plus simplement Warhammer Battle).

En 1986, la volonté de Games Workshop, créateur du jeu et de l’univers, est de séparer le Jeu de Rôle du jeu de plateau. Warhammer Battle permet ainsi de voir s’affronter des armées entières de combattants, tandis que Warhammer JDR se concentre sur le Jeu de Rôle tel qu’on le connaît.

Pour ma part, je dois vous avouer avoir découvert le JDR à travers le jeu de figurines Warhammer. J’avais une dizaine d’années quand je me lançais dans la collection d’une armée de morts-vivants (les Comtes Vampires de Sylvanie), puis de l’Empire (de l’Ostermark, pour les connaisseurs !).

Je passais des heures à peindre chaque figurine (une passion toujours intacte, rassurez-vous ! 😁), avant de les lancer à l’assaut des tables de jeu dans des batailles mémorables contre les armées d’autres joueurs.

 

Figurines Warhammer Battle
Une photo de mes Chevaliers Demigriffons aux prises avec une tribu d’Ogres

J’ai continué à jouer au jeu de figurines jusqu’à sa huitième version (Warhammer Battle V8), juste avant les heures sombres pour tous les fans de l’univers. Pour résumer, et sans rentrer dans un débat polémique, Games Workshop a fait le choix en 2015 d’abandonner l’univers du Vieux Monde qu’on connaissait tous.

La Fin des Temps a été provoquée dans l’histoire officielle de Warhammer. Fini l’Empire et la plupart des personnages connus de cet univers. Tout a disparu dans un final apocalyptique qui a abouti à un nouvel univers : Age of Sigmar (qui n’a plus grand-chose à voir avec le Warhammer d’avant).

Curieusement, bien qu’un JDR Age of Sigmar soit en cours de route actuellement, le Jeu de Rôle Warhammer Fantasy est resté centré dans l’ancien monde.

À noter aussi que l’univers du Vieux Monde, maintenant appelé Monde-qui-fût, est encore exploité dans certains jeux vidéo (Vermintide et Warhammer Total War notamment).

Mes débuts avec Warhammer JDR V2

En parallèle du « jeu des batailles fantastiques », j’ai découvert que l’univers de Warhammer pouvait aussi s’explorer dans le cadre d’un Jeu de Rôle.

À l’occasion d’une visite dans ma boutique préférée de Montpellier, je mis la main sur un précieux grimoire : le livre de règles de la seconde édition de Warhammer. Ce livre fut une véritable révélation pour moi. C’est à travers lui que j’ai pris conscience des possibilités infinies du JDR et que j’ai joué mes premières parties.

Il s’agissait donc de la deuxième version de Warhammer le Jeu de Rôle Fantastique, éditée par Black Industries en 2005 (soit 20 ans après la première !).

Cette édition a été pensée par ses auteurs pour suivre l’évolution de l’univers dicté par le jeu de figurines. En effet, une grande campagne mondiale venait d’être jouée : la fameuse « Tempête du Chaos ». Celle-ci avait fait avancer la frise chronologique de Warhammer. Nous étions désormais en 2522 (et non en 2512, qui était la date du Calendrier Impérial de Warhammer V1).

Outre des changements au niveau de l’univers, la deuxième édition de WJDR s’est voulue très accessible aux débutants, notamment au niveau des règles. Tout se jouait désormais avec un seul type de dé : le dé à 10 faces (d10).

 

Warhammer JDR V2
Voici le blason de l’Ostland, l’une des provinces de l’Empire

Ce que je peux vous dire, c’est que j’en ai vécu des moments mémorables avec la même bande de potes (hello Lucas, Tristan, Guillaume ! 🖐️). Warhammer JDR V2 est sans conteste le Jeu de Rôle auquel j’ai le plus joué !

Mes coups de coeur scénaristiques de Warhammer JDR V2

Je vous recommande particulièrement ces deux campagnes V2 :

  • Les Voies de la Damnation : Excellente trilogie d’aventures connectées par une trame scénaristique totalement dans le thème du Chaos de Warhammer. Cette campagne permet d’explorer les principales villes de l’Empire : Middenheim, Altdorf et Nuln. Avec des intrigues et des dénouements inattendus. Et des ennemis implacables ! La campagne incontournable de Warhammer V2, tout simplement.
  • Les Mille Trônes : Une (très) longue campagne qui vous fera voyager aux quatre coins du Vieux Monde et même au-delà (je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler d’éventuels joueurs). Avec plusieurs thèmes extrêmement puissants (croisade, fanatisme religieux, manipulation politique, rédemption…). Le deuxième volet de cette campagne a fait néanmoins quelques déçus au niveau de l’écriture. Elle mérite pourtant d’être jouée, quitte à en réécrire certaines parties (comme cela a été très bien fait dans cet article).

Pour rappel, une campagne JDR est une suite de scénarios liés entre eux (exactement comme dans une série). Vous pouvez adapter ces campagnes V2 à la V4 de Warhammer sans soucis, ou même à un autre univers médiéval-fantastique (bon, il vous faudra changer pas mal de choses, notamment les noms des villes et des protagonistes).

Pour mettre la main dessus, c’est un peu plus compliqué : il va vous falloir ruser et écumer des sites comme eBay. Même si je ne suis pas adepte du format numérique (rien ne vaut un bon bouquin papier !), vous pouvez aussi trouver votre bonheur sur le site DriveThruRPG (à condition de maîtriser l’anglais).

Un mot sur Warhammer JDR V3 ?

Je ne vais pas m’attarder sur la version 3 de Warhammer JDR, car je ne me suis jamais vraiment penché dessus. À tort ou à raison, cette version a été plutôt boudée par la communauté.

Éditée par Fantasy Flight Games, Warhammer JDR V3 avait connu un gros lifting, avec l’introduction d’un système de règles basés sur des cartes et des dés spéciaux (comme dans Star Wars JDR).

À priori, il y avait de bonnes idées, notamment dans les visuels et certains scénarios. Mais aujourd’hui, Warhammer V3 est mort, vive Warhammer V4 ! 🤴

Et maintenant, place à Warhammer JDR V4 !

En 2018, c’est l’éditeur Cubicle 7 qui reprend la gamme afin de proposer une nouvelle édition baptisée : Warhammer Fantasy le Jeu de Rôle (abrégé WFJDR).

Avec cette quatrième édition de Warhammer JDR, on revient au système de jeu des éditions antérieures à la V3. Le fameux dé à dix faces est de retour, ouf ! Mais le retour aux sources concerne également l’univers du jeu : la timeline est reculée de quelques années (we are back in 2512) !

Les auteurs reviennent clairement aux origines même de la gamme en rééditant la campagne qui a marqué la première édition : « L’Ennemi Intérieur ». À ce jour, je ne l’ai jamais jouée. Mais je sais de source sûre qu’elle fait partie des meilleures campagnes de JDR de tout le temps, tout jeu confondu (rien que ça ! 😲). Alors croyez bien que j’y jouerai un jour ou l’autre !

D’ailleurs, j’ai déjà adapté mes scénarios V2 à la V4. C’est le cas de « Terreur à Talabheim », que je suis en train de faire jouer au moment où j’écris ces lignes.

Si vous êtes Meneur de Jeu à Warhammer JDR (V1 et V2), je vous conseille vivement de passer à la V4. Vous ne serez pas déçu. Les changements sont mineurs, mais bienvenus (notamment au niveau des systèmes de carrières).

Je trouve que cette version ajoute quelques règles optionnelles fort sympathiques : jets de dés en opposition pour les combats, importance du degré de réussite, statuts sociaux, points de résilience, système d’avantages, règles pour gérer les périodes entre deux aventures…

En France, c’est Khaos Project qui est en charge de la traduction. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la version française de Warhammer V4 est sujette à de nombreuses polémiques : manque de communication (on attend encore le planning des sorties), gros retards par rapport à la VO, erreurs de traduction…

Puisse Sigmar lui-même nous venir en aide pour le reste de la gamme ! 🙏

Le livre de règles Warhammer Fantasy

Livre de base Warhammer JDR

De retour dans le Vieux Monde !

Avec le livre de règles Warhammer Fantasy, vous avez tout ce qu’il vous faut pour concevoir vos aventures dans cet univers.

Pédagogique et clair, il aborde les différents points du jeu : création de personnages, description des multiples carrières, listing des compétences & talents, bestiaire de monstres, règles complètes du jeu (de la gestion des combats à la magie, en passant par les effets des équipements), et même quelques conseils à destination des Meneurs de Jeu.

À noter qu’en termes d’univers, ce livre se focalise exclusivement sur la province impériale du Reikland et ce qui s’y passe (belle chronologie d’ailleurs).

Avec cette édition, le parti pris de Cubicle 7 est clairement de s’adresser aux fans de la première heure. Qu’il s’agisse de la communication autour du produit, ou de la quatrième de couverture, tout est pensé pour, je cite, « retrouver le Vieux Monde ». Il y a clairement un côté très nostalgique.

Mon avis

Eh bien, c’est un véritable plaisir de replonger dans le Vieux Monde !

Pour moi, il y a énormément de choses positives (dont j’ai déjà parlé plus haut). Il y a aussi des illustrations que je trouve tout simplement incroyables, vraiment ! C’est un style visuel particulier, certes, mais pour moi, on est 100 % dans du Warhammer. Clairement un sans-faute de ce côté-là. 👌

Alors, c’est vrai, le livre possède de nombreuses coquilles d’écriture et de fautes de français un peu lourdes. C’est très dommage compte tenu de la qualité visuelle du produit. Pour ma part, cela ne m’a pas trop dérangé. On arrive à comprendre les règles et le propos dans l’ensemble. Il suffit juste de faire un petit peu abstraction des erreurs de syntaxe et d’orthographe (pas toujours facile, c’est un rédacteur web qui vous dit ça !).

Aussi, je peux parfaitement comprendre que pour ce prix, certains (et ils sont nombreux) grincent des dents : on est en droit d’attendre mieux ! C’est vraiment regrettable, car il est frustrant de devoir faire appel à la communauté (groupes Facebook notamment, à défaut d’avoir aussi la version originale du livre) pour interpréter correctement certains passages nécessitant d’être précis.

Ah, aussi, il manque clairement un scénario d’introduction dans ce livre de règles. Heureusement que le kit d’initiation est là pour en proposer…

Le kit d’initiation Warhammer JDR : tout frais, tout beau !

 

Kit d'initiation Warhammer Fantasy

Une boîte d’initiation qui renoue avec les origines de Warhammer

La boîte d’initiation Warhammer Fantasy est le choix idéal pour tous les fans de cet univers qui souhaitent le faire découvrir à leurs amis.

Avec ce kit, vous avez absolument tout ce dont vous avez besoin pour jouer vos premières parties : condensé des règles, scénario didacticiel, dés, aides de jeu, plans et personnages prétirés (du Tueur de Trolls au Répurgateur, en passant par la voleuse Halfling, ils sont tous emblématiques de Warhammer).

Et ce n’est pas tout ! Cette boîte de jeu s’adresse également aux joueurs expérimentés qui souhaitent un nouveau départ. En effet, le scénario proposé, « Pendant la ronde », ainsi que les autres aventures à Ubersreik (dix pitchs de scénarios quand même), constitue en fait le préambule à la campagne de « l’Ennemi Intérieur », dont je vous parlais plus haut.

Bref, cette boîte ne propose pas qu’une simple initiation : il y a de quoi l’exploiter pour des dizaines d’heures de jeu !

Mon avis

Ce kit d’initiation Warhammer m’a plus que convaincu. Que ce soit au niveau des personnages prétirés ou des cartes et autres accessoires, tout respire « l’esprit Warhammer » comme je l’ai toujours connu et imaginé.

Même les coquilles de traduction du livre de règles semblent moins présentes dans les livrets de ce kit.

Un bémol toutefois : je me demande si le contenu de la boîte est suffisamment accessible pour ceux qui ne connaissent absolument rien à Warhammer et/ou au JDR en général (qui est le but premier d’un kit d’initiation, rappelons-le !).

En effet, si le scénario principal prend le MJ en herbe par la main (surtout dans la première partie), les autres pitchs de scénarios nécessitent une certaine aisance pour arriver à les faire jouer.

De même, il y a beaucoup d’informations sur la ville d’Ubersreik (perso, j’adore !), le lieu où se déroule les aventures : les quartiers sont passés au crible fin, avec de nombreux détails sur les lieux, commerces et habitants. Je me demande si un MJ débutant saura quoi faire de tout ça. Je suis curieux d’avoir votre avis sur le sujet dans les Commentaires.

Donc, pour moi qui connaît bien Warhammer et le JDR, c’est du tout bon !

Mention spéciale pour le couvercle de la boîte : bien rigide et de toute beauté (il y a même une carte à l’intérieur). Le top ! 👍

Donner vie à l’univers de Warhammer

Dans un JDR, l’idée est de faire vivre au mieux un univers. En l’occurrence, avec Warhammer, il y a de quoi faire !

Le système de règles 🎲

Un mot sur le système de jeu, car je ne l’ai que brièvement évoqué jusqu’ici avec le dé à 10 faces.

Dans Warhammer JDR, tout se joue au d10. Plus précisément, il s’agit bien souvent de jets de pourcentage. Mais comme les d100 (dés à 100 faces !) ne courent pas les rues, on jette deux d10 : l’un d’eux représente les dizaines et l’autre les unités.

Le système est ultra-intuitif et simple à prendre en main : chaque caractéristique est exprimée en pourcentage. Il suffit d’obtenir un score inférieur ou égal à cette caractéristique pour réussir l’action en question. Par exemple, imaginons que vous ayez un score de 46 % en Sociabilité : vous lancez les dés et obtenez 34. C’est donc une réussite !

À partir de là, il y a un ensemble de règles additionnelles (n’hésitez pas à en supprimer au début) : malus/bonus situationnels (par exemple : +10 % car votre interlocuteur est facilement manipulable), influence du degré de réussite au test (3 degrés de réussite signifie que vous avez mieux réussi votre action qu’avec 1 degré), succès critique (01 à 05 % sur un jet, bravo !), échec critique (96 à 100 % sur un jet, too bad ! 😅), etc.

Je trouve que le système des pourcentages est très efficace et permet de couvrir toutes les situations avec quelques jets de dés simples. La possibilité d’évaluer le degré de réussite rajoute un côté intense : une action n’est pas seulement ratée ou réussie.

Notez que le système de combat peut s’avérer très létal : vous allez vite perdre vos points de blessure si vous vous contentez de foncer dans le tas. À tout moment, vous êtes exposé à des blessures critiques graves (fractures, déchirures musculaires, etc.). Eh oui, même un affrontement avec une bande de gobelins peut mal tourner dans Warhammer !

Autre point d’intérêt majeur de Warhammer JDR : les carrières et leur système de progression. Elles sont très nombreuses (pas moins de 64 !), super bien décrites et permettent de customiser à fond vos personnages. Cela a toujours été un gros point fort de Warhammer et il a été renforcé avec la V4.

Griffon Empire Warhammer
Le Griffon, un autre symbole de l’Empire dans Warhammer

L’ambiance

Des forêts sombres et inextricables aux villes impériales tentaculaires (et leur architecture à colombages aussi évocatrice qu’hasardeuse), faire vivre l’univers de Warhammer est un véritable régal.

Pour renforcer l’ambiance caractéristique du Vieux Monde, n’hésitez pas à mettre l’accent sur des détails particuliers : riches marchands opulents, regards implorants des malheureux, préjugés raciaux, sentiments d’être observé au détour des ruelles.

Dans Warhammer, en tant que Personnage Joueur, vous n’êtes pas forcément l’archétype du héros tout beau et tout propre, loin de là même. On se rapproche plutôt d’anti-héros, qui se retrouvent à faire des tâches ingrates et à (malencontreusement) sauver le monde. 🙈

Pensez à toujours mettre une musique d’ambiance en fond sonore. Trouvez quelque chose qui fasse médiéval et un peu mélancolique. Pour ma part, j’ai ma préférence pour les musiques du jeu vidéo The Witcher 3.

(Crédit vidéo :  Gaming Ambience)

 

L’univers de Warhammer est bien fourni. Il y a tellement de possibilités, à condition de maîtriser suffisamment les bases et les codes du « lore », c’est-à-dire l’histoire officielle de cet univers.

C’est pourquoi je pense que Warhammer JDR n’est pas forcément le jeu le plus adapté à une table de joueurs 100 % novices dans l’univers. Le mieux est d’avoir au moins un joueur (si possible le Meneur de Jeu) qui connaît Warhammer depuis longtemps. Et qu’il ait l’envie de partager sa passion pour cet univers !

 

Voilà, vous savez désormais pourquoi Warhammer JDR est pour moi un grand classique du Jeu de Rôle. Et vous, êtes-vous d’accord avec moi ? Exprimez-vous dans les Commentaires, c’est fait pour ça ! 👇

Et en attendant le reste de la VF, sachez que vous pouvez trouver des PDF Warhammer JDR V4 (en anglais) en fouillant sur le site de Cubicle 7 (en cliquant ici notamment). Certains scénarios sont gratuits jusqu’à nouvel ordre, alors profitez-en ! 😉

Thibaut

 

Vieux Monde Warhammer
Il est temps d’aller explorer le Vieux Monde

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 commentaires sur “Warhammer JDR : un incontournable ?”

  • Avatar
    • Avatar
  • Avatar
    • Avatar
  • Avatar
    • Avatar
      • Avatar
        • Avatar